Logo Université Laval Logo Université Laval

Le département

Bulletin numéro 35 (1er décembre 2011)

Appel à communications

Comme chaque année, l’AÉDDHUM (Association des Étudiant(e)s Diplômé(e)s du Département d’Histoire de l’Université de Montréal) invite les étudiant(e)s des cycles supérieures ou finissant(e)s du baccalauréat en Histoire et autres disciplines à participer à son colloque. Celui-ci aura lieu du 14 au 16 mars 2012 dans les locaux de l’Université de Montréal avec pour thème :

« De Gênes à Fukushima : perceptions et gestions du risque ».

Depuis son apparition dans le discours du commerce maritime du Moyen-Âge italien, la notion de risque a en effet connu bien des évolutions, et un élargissement sémantique considérable. Objet pluridisciplinaire par excellence, le risque s’est même doté de sa science propre, la cindynique. Il s’est parallèlement imposé, depuis quelques décennies, dans le débat public et la réflexion politique, notamment par le biais des risques majeurs, naturels ou technologiques, thèmes plus que jamais d’actualité.

Mais il est loin de se restreindre à ces deux cas de figure. C’est pourquoi l’AÉDDHUM vous invite à réfléchir autour de la notion de risque dans son acceptation sémantique la plus large. Du risque global au risque individuel, de l’environnement à la finance en passant par la santé, la diplomatie ou le droit, nombreux sont les domaines dans lesquels le risque s’est immiscé.

Nous vous encourageons également à dépasser le terme stricto sensu pour en explorer les marges : à l’échelle temporelle ou spatiale, en se penchant sur les discours de sociétés pour qui le terme de risque est absent, mais où les notions qu’il recouvre peuvent exister. D’autre part, d’autres notions y sont reliées, invitant à aborder la question du risque par d’autres angles : le danger, la catastrophe, l’accident, le hasard, parmi d’autres, sont autant de pistes à considérer.
Interdisciplinaire, l’évènement se veut l’occasion pour les étudiant(e)s de diverses spécialités d’échanger, de réfléchir et de présenter leurs travaux autour de cette thématique du « risque ». Les communications hors thèmes pourront également être considérées. Et la publication des présentations et des échanges sera assurée par la revue Les Cahiers d’histoire.

L’appel est donc lancé : étudiant(e)s, ce colloque est, pour vous, une occasion unique de présenter et échanger sur vos travaux, recherches et questionnements avec d’autres étudiants et professeurs ainsi que d’en publier la communication ! N’hésitez donc plus à vous proposer comme communicants et envoyez vos dossiers (coordonnées et proposition de communication 150-250 mots) avant le 3 janvier 2012 à aeddhum@umontreal.ca.

Source :
Benjamin Furst

Honneurs et prix

Un diplômé en histoire lauréat du Prix du Gouverneur général

Martin Fournier est lauréat du Prix littéraire du Gouverneur Général 2011, octroyé par le Conseil des arts du Canada, dans la catégorie Littérature jeunesse, pour son roman Les Aventures de Radisson, tome 1, L'Enfer ne brûle pas.
Martin Fournier est historien (Ph.D. Université Laval) spécialiste de l'histoire de la Nouvelle-France. Ses intérêts de recherche l'ont mené à travailler sur Radisson mais aussi sur l'alimentation et les jardins potagers pendant le Régime français, thématiques sur lesquelles il a publié plusieurs ouvrages et articles. Il est bien connu du grand public pour ses capsules historiques diffusées dans le cadre de l'émission télévisée Le tour du jardin (canal Historia). Depuis 2008, il assure la coordination de l'Encyclopédie du patrimoine culturel de l'Amérique française.

Martin Fournier, Les Aventures de Radisson, tome 1, l'Enfer ne brûle pas, Québec, Septentrion, 2011, 320 pages.

Déclaration

Quelque 250 personnes se sont réunies à Port‐au‐Prince à l’occasion de l’atelier international « Patrimoine, tourisme et développement durable. Enjeux et perspectives d’avenir », du 10 au 13 novembre 2011, sous la présidence d’honneur de la Très honorable Michaëlle Jean, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti, ex‐Gouverneure générale du Canada.

Organisée conjointement par l’Institut du patrimoine culturel (IPAC) de l’Université Laval et l’Université d’État d’Haïti, la rencontre a envisagé les perspectives de développement et la mise en place de projets d’intervention touristique adaptés à la situation haïtienne. L’événement a démontré la force dynamique du milieu haïtien, en réunissant près de 250 participants nationaux et internationaux, des chercheurs universitaires, des spécialistes du tourisme culturel, mais aussi des hauts fonctionnaires, des responsables d’associations et d’ONG, des entrepreneurs privés, des dirigeants d’organismes tels la Banque interaméricaine de développement (BID), le Fonds de reconstruction d’Haïti et la Chambre de Commerce d’Haïti, ainsi que des décideurs gouvernementaux dont le Président Michel Martelly, deux ministres et une Secrétaire d’Etat : Elsa Baussan Noel, Secrétaire d’État au patrimoine, Stéphanie Villedrouin, ministre du Tourisme d’Haïti, Wilson Laleau, ministre du Commerce et de l’Industrie, ancien vice‐recteur de l’Université d’État d’Haïti (UÉH).

En conclusion de ce colloque, les participants ont adopté, par acclamation, la Déclaration de Port‐au‐Prince sur le Patrimoine, le tourisme culturel et le développement durable. Ce document sera remis à l’UNESCO ainsi qu’à la Présidence de la République d’Haïti, à la demande des parlementaires présents.

Pour plus de détails.

Source :
Marie-Claude Rocher
Adjointe au directeur
Institut du patrimoine culturel
Site Web