Logo Université Laval Logo Université Laval

Études

HST 2503 Histoire et méthodes: les mains dans le numérique, cours atelier

Hiver 2019

Responsable : Pierre-Yves Saunier

Objectifs

  • Découvrir le paysage actuel des réalisations qui mobilisent des outils informatiques dans leur capacité à réunir, organiser, analyser, visualiser et diffuser les informations dans le cadre du travail historien.
  • Définir et replacer le moment des « humanités numériques » dans la trajectoire de la présence des outils informatiques dans le travail historien depuis les années 1950.
  • Prendre la mesure de l’impact de ces outils sur le travail historien : nouveauté et redistribution, contraintes et possibilités, résultats et questionnements.
  • Se familiariser avec une gamme d’outils et de ressources permettent de réunir, organiser, analyser, visualiser et diffuser les informations dans le cadre du travail historien.
  • Mettre au travail quelques des outils simples dans un travail de session élaboré à partir d’un corpus de sources originales.
  • Envisager les formes de l’histoire à venir de notre présent numérique.

Contenu

L’histoire, et ses disciplines cousines des sciences humaines et sociales, utilisent des outils informatiques depuis les années 1950 et le temps de la « mécanographie ». L’ordinateur personnel, puis la toile, ont généré de nouveaux outils, et densifié considérablement leur présence dans le quotidien de celles et ceux qui étudient, recherchent, enseignent, écrivent l’histoire. De quelles façons? Jusqu’à quel point? Pour quels résultats? L’actualité de ces questions est lisible dans les discussions entre historiennes et les historiens au sujet de leurs pratiques, dans la mise en place de nouveaux cours ou de nouveaux programmes au sein des institutions d’enseignement, dans le développement d’infrastructures et de projets de recherche et de leur financement, dans les évolutions de la manière dont l’histoire atteint le public. Ces discussions concernent le présent, mais également le futur de l’histoire, en particulier en ce qui concerne la façon dont faire demain l’histoire de notre présent numérique (comment constituer et exploiter les archives de la toile?).

Nous réfléchirons autour de ces questions sur plusieurs fronts. D’une part, nous étudierons les propositions et les débats qu’elles suscitent, avec une attention particulière à l’essor de la réflexion sur les

« humanités numériques » depuis les années 2000. D’autre part, nous explorerons un certain nombre d’outils et réalisations qui permettent de réunir, organiser, analyser, visualiser et diffuser les informations dans le cadre du travail historien. Nous prendrons également la mesure de la façon dont les outils et ressources numériques sont utilisés grâce à des conversations avec des historiennes et historiens qui "font avec" ces outils et ressources, soit dans leur quotidien ordinaire soit autour de projets particuliers. Enfin, nous mettrons aussi nous-mêmes les mains dans le moteur en utilisant certains outils numériques simples et flexibles pour les mettre et nous mettre à l’épreuve. Ces outils sont choisis pour leur facilité d’accès et d’usage et ne nécessitent pas un apprentissage poussé ou une capacité informatique spécifique (codage, familiarité avec tel ou tel environnement,…).

Pour ce travail pratique, nous partirons d’un corpus de sources partagé, qui documente les activités d’une organisation active sur une grande partie de la planète au 20ème siècle. La Fondation Rockefeller, créée au début du siècle par le magnat du pétrole John D. Rockefeller Senior, est la principale institution dite philanthropique que la famille Rockefeller a mis en place à partir de 1909. Elle a été active dans de multiples domaines, de la santé publique à la physique nucléaire en passant par les humanités ou les sciences du gouvernement (une séance sera consacrée à une contextualisation de l’histoire de la Fondation et de son action). Pour le travail de session, nous utiliserons un ensemble de documents disponibles en version numérique: les rapports annuels de la Fondation, les journaux tenus par les membres de son personnel opérationnel et dirigeant, les répertoires de « fellows » qui contiennent les notices des milliers de boursiers individuels qui ont reçu une aide financière de la Fondation pour aller se former hors de leur pays d’origine.

En appui sur des segments de ces documents, sélectionnés en fonction d’une question de recherche, nous analyserons et raconterons les activités de la Fondation en utilisant des outils numériques de collecte et d’organisation des sources, de visualisation de données et de narration. Le choix des outils numériques à utiliser sera souple, pour correspondre aux appétits et goûts de chacun. Une liste de questions de recherche sera disponible, mais il sera également possible de définir une question de recherche personnelle autour du corpus choisi, en accord avec le professeur pour éviter qu’elle ne soit trop ambitieuse pour le temps qui nous est imparti.

Fonctionnement

IMPORTANT: Le cours est totalement défini par la formule de l’atelier et il n’y a pas de séances magistrales. Il ne consiste pas non plus en un apprentissage détaillé de tel ou tel logiciel ; pas plus qu’il n’est une entreprise de prosélytisme pour vous convaincre d’utiliser des outils numériques. C’est l’occasion d’une découverte, conversation et réflexion sur la façon dont le numérique s’empare de l’histoire et dont l’histoire s’empare du numérique.

Nos séances se dérouleront dans une salle adaptée. La possession d’un ordinateur portable personnel n’est pas indispensable, mais celles et ceux qui en ont un trouveront commode de l’apporter aux séances.

Durant la première partie du cours, jusqu’à la semaine de lecture environ, les séances seront organisées en deux segments. Le premier segment sera consacré à la discussion d’un texte, d’une video, d’un podcast lu et préparé par tout le monde. Pendant le second segment nous découvrirons, guidés par l’un ou l’une d’entre vous, différentes ressources et réalisations qui incarnent la présence « du numérique » dans le travail historien. Un atelier spécial sera consacré à l’initiation à deux outils que vous pourriez choisir pour mener votre travail de session (analyse textuelle, visualisation de données)

La seconde partie du cours sera dédiée à la discussion et au suivi des travaux de session. Un travail continu et régulier devra donc être fourni sur ceux-ci, et les séances nous permettront de traiter collectivement d’enjeux intellectuels et de questions techniques, afin de faire avancer et d’améliorer les travaux personnels. Chacune de ces séances comportera également une séquence «conversation » durant laquelle nous échangerons, de visu ou via Skype, avec des historiennes et historiens qui nous parleront de leurs pratiques et de leurs projets.

Évaluation

Il est capital de préciser ici que l’évaluation ne sera pas principalement faite sur la maitrise technique des outils et ressources utilisées, mais sur le cheminement fait dans leur connaissance et leur utilisation.

  • Travail 1: Présentation d’un outil ou ressource numérique 20%
  • Travail 2: Compte-rendu d’expérience d’un outil ou ressource numérique 15%
  • Travail 3: États hebdomadaires de l’avancement des travaux pendant la deuxième partie de la session 10%
  • Travail 4: Présentation orale autour du travail de session 10 %
  • Travail 5: Travail de session 35%
  • Travail 6: Implication dans les présentations et les discussions tout au long de la session 10 % (évaluation par les pairs)

Bibliographie

La bibliographie détaillée sera fournie au début du cours.

 

Compétence langagière

Étudiants ayant un handicap, un trouble d'apprentissage ou un trouble mental

Politique d'évaluation des études

Politique d'évaluation du français

Politique sur le plagiat

Politique de révision de notes

Évaluation du cours