Logo Université Laval Logo Université Laval

Études

HST 2601 Séminaire d'histoire européenne II : Diable, hérésie et sorcellerie à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVIIe siècles)

Hiver 2018

Responsable : Didier Méhu

N.B. Ce séminaire se donnera sous forme condensée, à raison de deux séances de 3 h par semaine, entre le 17 janvier et le 3 mars 2018.

Objectifs

•    Amorcer une étude historique du diable au Moyen Âge et de tous les discours qui usent de la rhétorique du mal, de l’occulte, du diabolique, de l’impur.
•    Comprendre les liens entre la constitution de discours et de pratiques religieuses déviantes et la construction des institutions puissantes et discriminatrices comme l’ont été l’Église et les États de la fin du Moyen Âge et de la « Renaissance ».
•    Connaître et comprendre l’essor de la sorcellerie en Europe occidentale et sa répression entre le XVe et le XVIIe siècle, en lien avec les transformations sociales du temps.
•    Développer l’esprit critique par l’analyse contextuelle de documents écrits et visuels des XIVe-XVIIe siècle en lien avec le sujet du séminaire.

Contenu

« Axe du mal » ou « Grand Satan » sont aujourd’hui des expressions courantes dans la bouche ou sous la plume des dirigeants politiques soucieux de disqualifier leur adversaire. La rhétorique est simple : d’un côté les tenants de l’ordre et du bien, de l’autre les opposants, posés comme les Adversaires et agents du Mal. Bien avant les conflits internationaux des XXe et XXIe siècles, l’Église médiévale a fait de la polarisation du monde un instrument de son emprise sur les corps individuels et sociaux, ce qui lui a permis de se penser comme une institution puissante garante de la vérité. L’Église a constitué la matrice de toutes les institutions de la société occidentale précapitaliste, et l’on a vu, dès le XIIIe siècle, les royaumes et les communautés d’habitants se définir comme des corps structurés et puissants dont l’intégrité reposait sur la lutte commune, à laquelle tous devaient participer, contre les ennemis communs, tous plus ou moins animés par l’Ennemi.
Deux groupes ont été particulièrement construits puis stigmatisés au fil de ce processus. Ceux que l’on a qualifié d’hérétiques, parce qu’ils s’opposaient aux fondements de l’institution ecclésiale et envisageaient d’autres modes de relation avec le divin que ceux admis par l’institution. Ils furent violemment condamnés entre le XIIe et le XIVe siècle. Ceux que l’on qualifia de sorciers, dont les pratiques traditionnelles de régulation furent progressivement condamnées à partir du XIVe siècle, avant d’être, au XVe, associées à des actions sataniques et pourchassées avec une grande violence.
Le séminaire s’efforcera d’expliquer les mécanismes par lesquels on construit de tels ennemis et les contextes institutionnels, intellectuels et sociaux dans lesquels ils s’épanouissent puis disparaissent. La sorcellerie et les accusations de sorcellerie sera au cœur du séminaire, comme un point d’observation à partir duquel il sera possible d’interroger les processus de construction de l’Église théocratique et des États dits « modernes », et les recours de ces institutions à la rhétorique de la diabolisation et de l’exclusion.


La période envisagée dépasse les coupures traditionnelles entre Moyen Âge et époque moderne. Elle recouvre en fait ce que l’on peut qualifier comme la dernière phase du système féodal, qui s’est épanoui en Europe entre la fin du XIIIe et le milieu du XVIIe siècle, et qui correspond exactement à la période pendant laquelle la rhétorique de la diabolisation fut la plus utilisée.
Les perspectives envisagées visent à donner aux étudiants des outils pour penser le politique et l’institutionnel, et ainsi être à même de déconstruire les discours dominants qui soutiennent les définitions des pouvoirs absolus et tous les impérialismes.

Nota bene : il est souhaitable que les étudiants aient suivi les cours HST-1002, Naissance du monde occidental et HST-1007, Émergence du monde moderne en Occident.

Fonctionnement

Le séminaire se donnera sous une forme condensée, à raison de deux séances de 3h par semaine, entre le 17 janvier et le 3 mars 2018.

Chaque étudiant choisira lors de la première séance du séminaire un sujet de recherche qu’il préparera et présentera au cours de la session en différentes étapes, à la fois à l’oral et à l’écrit.

Les 3 premières semaines (6 séances) seront consacrées à des exposés du professeur, accompagnés de discussions avec les étudiants sur la base de lectures fournies à l’avance. Ces séances permettront d’établir les bases de la connaissance et les principaux travaux historiographiques relatifs aux représentations et instrumentalisations du diable, à la répression des hérésies, à la mise en place de l’Inquisition, à la construction intellectuelle de la « secte des sorciers » et à la mise en place de sa répression.

Les 3 semaines suivantes (6 séances) seront consacrées à des discussions collectives des étudiants sur le sujet de leur recherche et à des rencontres individuelles avec le professeur.

La dernière semaine sera consacrée à deux longues séances de présentation orale des travaux des étudiants, qui seront ensuite remis par écrit.

Étudiants ayant un handicap, un trouble d'apprentissage ou un trouble mental

Les étudiants qui ont une lettre d’Attestation d’accommodations scolaires obtenue auprès d’un conseiller du secteur « Accueil et soutien aux étudiants en situation de handicap (ACSESH) » doivent rencontrer leur professeur au début de la session afin que des mesures d’accommodation en classe ou lors des évaluations puissent être mises en place. Ceux qui ont une déficience fonctionnelle ou un handicap, mais qui n’ont pas cette lettre doivent contacter le secteur ACSESH au 656-2880, le plus tôt possible. Le secteur ACSESH vous recommande fortement de vous prévaloir des services auxquels vous avez droit afin de pouvoir réussir vos études, sans discrimination ni privilège. Pour plus d’informations, voir la Procédure de mise en application des accommodations scolaires à l’adresse suivante : https://www.aide.ulaval.ca

Évaluation

  • Participation aux discussions collectives sur les lectures (semaines 1 à 3) : 20 %
  • Présentation orales intermédiaires et discussions collectives (semaines 4 à 6) : 20 %
  • Présentation orale finale (semaine 7) : 20 %
  • Travail écrit final de 12 pages : 40 %

Bibliographie

Les lectures seront disponibles en format de PDF sur le site du cours.

Évaluation du cours

En conformité avec la Politiques de valorisation de l'enseignement et Dispositions relatives à l'évaluation de l'enseignement à l'Université Laval, il est possible que le cours que vous suivez soit évalué. Si tel est le cas, vous recevrez une invitation à remplir un questionnaire d’appréciation. Votre opinion est très importante, car elle permettra d’améliorer la qualité de ce cours. Nous comptons donc grandement sur votre collaboration.

Politique d'évaluation des études

Politique d'évaluation du français

Politique sur le plagiat