Logo Université Laval Logo Université Laval

Études

HST 7008 Histoire des Amériques I : Pauvreté et assistance au Québec-Canada, en Amérique du Nord et en Europe : une histoire comparée, XIXe-XXe siècles

Automne 2017

Responsable : Johanne Daigle

Objectifs

  1. Prendre connaissance des principales tendances de l’historiographie entourant les thématiques du cours, en observant des particularités internationales, nationales et locales et des dimensions transversales à des fins comparatives;
  2. Développer ses compétences en recherche scientifique et en communication de l’histoire par l’expérimentation, la comparaison et la discussion en petit groupe des travaux réalisés dans les champs spatiotemporels du Québec et du Canada aux XIXe et XXe siècles, soit en retraçant les influences nord-américaines et internationales en matière d’assistance, soit en comparant deux ou plusieurs entités nationales, soit en examinant un réseau de service à l’échelle transnationale;
  3. Approfondir les concepts clés de pauvreté et d’assistance comme vecteurs de représentations contextualisées et leur portée en regard du changement social, tout en portant une attention particulière aux notions sous-jacentes (marginalité et exclusion, bien être social, économie sociale, État providence, société civile, etc.).

Contenu

Les enjeux reliés à la pauvreté des uns, la misère des autres, la nécessité de secourir ou d’assister en cas de cataclysmes ou pour faire face à divers impératifs, paraissent universels. Le développement de systèmes d’assistance reflète les façons de faire usuelles des sociétés dans les modèles de fonctionnement hérités du passé. Il reflète également les situations particulières et les possibilités que l’on trouve dans un milieu donné. Pourtant, dans l’effervescente  production scientifique sur la marginalité, souvent reliée à la délinquance et à l’enfermement, celle sur les grandes entreprises philanthropiques, celle encore sur l’État-providence, un vaste espace intermédiaire fourmillant d’initiatives issues de la société civile reste souvent obscur. Or, à partir du XIXe siècle, les énormes défis que pose l’augmentation des inégalités sociales de l’époque industrielle, notamment en ville, entraînent le développement d’une kyrielle de services (œuvres et associations en tous genres), impliqués dans l’assistance aux démunis. Les représentations de la pauvreté comme les modèles d’intervention se prêtent à de stimulantes comparaisons notamment au sein de l’ancien empire britannique qui pave la voie à des réseaux de services similaires. La situation du Québec-Canada est particulièrement intéressante puisqu’elle conjugue également d’anciens modèles français de service adaptés au gré des besoins et des initiatives d’actrices et d’acteurs locaux, donnant lieu à des ‘partenariats’ où s’entremêlent parfois laïcs et religieux, femmes et hommes, catholiques et protestants, Irlandais et Canadiens français, pour prêter assistance le plus souvent aux jeunes et aux familles aux prises avec des problèmes variés. Le champ des services sociaux s’inscrit de plus au cœur des processus de modernisation : développement d’une « économie sociale mixte », mise en place de réseaux transnationaux de services, professionnalisation, bureaucratisation de la « charité » et du bénévolat, pour n’en nommer que quelques-uns. Derrière les fonctions de secours et d’assistance, c’est tout un mode de vie en société qui se retrouve sous la loupe.

Fonctionnement

Le séminaire comporte des séances en classe, des rencontres individuelles autour des projets et des travaux de recherche, ainsi que des périodes consacrées au travail personnel. Les séances en classe comportent des exposés généraux consacrés à la présentation de la thématique du cours et des logiques impliquées dans les représentations de la pauvreté et la mise en œuvre de mécanismes de contrôle et de services sociaux dans les sociétés québécoise et canadienne des XIXe et XXe siècles et par comparaison, plus particulièrement dans la Grande-Bretagne (et les pays sous influence), la France et les États-Unis. Ces exposés seront suivis par des discussions collectives sur l’historiographie à partir de lectures préalables; ces séances d’abord concentrées dans les premières semaines du séminaire, se poursuivront de manière plus espacée sur l’ensemble de la session. Les étudiantes et les étudiants seront conviés à la présentation et à la discussion en groupe des projets de recherche proposés. À la fin de la session, la présentation des travaux individuels réalisés donnera lieu à une journée de rencontre sous la forme d’un colloque.

Évaluation

  • Un compte rendu de textes de lecture obligatoire (2-3 p.) : 10 %
  • Le projet de recherche (sujet, questionnement initial, examen historiographique sommaire, principales sources documentaires, 2-3 p.) : 10 %
  • Le travail de recherche individuel (12,000 à 15,000 mots, env. 20-25 p., bibliographie en sus) sous la forme d’une dissertation (incluant une perspective comparative ou transversale et le recours aux sources documentaires ou aux données issues d’études, rapports, enquêtes, etc., selon les cas) : 50 %
  • Les présentations orales (des lectures, du projet et du travail final) : 20 %
  • La participation active et l’apport personnel dans le groupe (ensemble du séminaire) : 10 %

Bibliographie

Une bibliographie sélective sera présentée en classe au début de la session (également disponible sur le Portail du cours).

Les textes de lecture commune (obligatoire) ou les liens y conduisant seront disponibles sur le Portail du cours.

Étudiants ayant un handicap, un trouble d'apprentissage ou un trouble mental

Les étudiants qui ont une lettre d’Attestation d’accommodations scolaires obtenue auprès d’un conseiller du secteur « Accueil et soutien aux étudiants en situation de handicap (ACSESH) » doivent rencontrer leur professeur au début de la session afin que des mesures d’accommodation en classe ou lors des évaluations puissent être mises en place. Ceux qui ont une déficience fonctionnelle ou un handicap, mais qui n’ont pas cette lettre doivent contacter le secteur ACSESH au 656-2880, le plus tôt possible. Le secteur ACSESH vous recommande fortement de vous prévaloir des services auxquels vous avez droit afin de pouvoir réussir vos études, sans discrimination ni privilège. Pour plus d’informations, voir la Procédure de mise en application des accommodations scolaires à l’adresse suivante : https://www.aide.ulaval.ca

Évaluation du cours

En conformité avec la Politiques de valorisation de l'enseignement et Dispositions relatives à l'évaluation de l'enseignement à l'Université Laval, il est possible que le cours que vous suivez soit évalué. Si tel est le cas, vous recevrez une invitation à remplir un questionnaire d’appréciation. Votre opinion est très importante, car elle permettra d’améliorer la qualité de ce cours. Nous comptons donc grandement sur votre collaboration.

Politique d'évaluation des études
Politique d'évaluation du français

Politique sur le plagiat