Logo Université Laval Logo Université Laval

Études

HST 2153 Question d'histoire médiévale I : L'Europe, du Moyen Âge à Renaissance

Automne 2017

Responsable : Didier Méhu

Objectifs

  • Connaître et comprendre la dernière phase de la société féodale en Europe occidentale, qui s’étend globalement de la fin du XIIIe au milieu du XVIIe siècle;
  • Dépasser les appréhensions de cette période selon les deux critères qui lui sont souvent accolés, celui de « crises » et de « Renaissance »;
  • Développer une analyse critique fondée sur l’étude des documents de première main (textes, objets de la culture matérielle, productions visuelles et artistiques);
  • Appréhender l’histoire de la fin du Moyen Âge à l’échelle européenne.

Contenu

La fin du Moyen Âge se situe dans une tension spécifique. Souvent réduite aux grandes calamités qui ont marqué le XIVe siècle, en particulier la peste noire et les guerres dévastatrices, elle est aussi la période à laquelle on se réfère implicitement le plus lorsque l’on pense au « moyen âge ». Le temps des châteaux forts, de la Guerre de Cent Ans, de Jeanne d’Arc, des procès en sorcellerie (qui sont pourtant rares avant le XVe siècle), du mysticisme, des conflits violents entre l’Église et les États, de l’essor des marchands et des communautés rurales est celui des XIVe et XVe siècles. Que se passe-t-il après ? Les grandes découvertes ? La « Renaissance » artistique et intellectuelle ? Bien des historiens ont remis en cause ces paradigmes, mais ils peinent à trouver une écoute attentive dans les manuels. Le « long Moyen Âge » envisagé par Jacques Le Goff depuis quarante ans peine à trouver sa place.

Ce cours se conçoit comme un approfondissement du cours d’introduction à l’Occident médiéval (HST-1002), pour proposer une analyse approfondie et critique des trois grands siècles qui séparent le temps du « bon roi Saint Louis » de celui de la jeunesse de Galilée. On suivra une approche résolument conceptuelle et critique, afin d d’aborder la dynamique des sociétés dans le temps long qui est celui des changements structurels. L’objectif principal est d’expliquer ce que l’on appelle les « crises » de la fin du Moyen Âge et les attitudes de ce temps qui peuvent, de prime abord, nous sembler aberrantes.


Le cours sera construit de manière chronologico-thématique. Il abordera les thèmes suivants.

  • La construction du pouvoir royal et la naissance de l’État moderne, de Saint Louis à Machiavel (France, Angleterre, Empire, Castille);
  • Les luttes entre l’Église et les États;
  • Les schismes au sein de l’Église chrétienne, de la papauté d’Avignon au protestantisme;
  • Les hérésies et révoltes du XIVe et XVe siècles, de l’Angleterre à l’Europe centrale, de la Flandre à l’Italie;
  • Les mouvements millénaristes et illuminés, le mysticisme, Jeanne d’Arc;
  • L’essor contrasté des communauté rurales;
  • Le temps des principautés urbaines en Italie;
  • L’art nouveau des XIVe et XVe siècles en Italie, Flandre et Germanie;
  • Les crises du savoir, depuis l’introduction de l’aristotélisme dans l’Université jusqu’à l’avènement de la science expérimentale.

L’ancrage géographique sera résolument européen et non national.

Fonctionnement

Cours magistral accompagné d’étude de documents écrits (traduits du latin ou des langues vernaculaires médiévales) ou figurés produits au cour de la période étudiée.


Les étudiants seront mis à contribution chaque semaine par la lecture obligatoire d’articles ou chapitres de livres relatifs au thème du prochain cours.

Évaluation

• Examen de mi-session : 30 %
• Commentaire de document à remettre aux 2/3 de la session : 40 %
• Examen final : 30 %

Bibliographie

  • BOIS, Guy. Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1976.
  • BOIS Guy, La grande dépression médiévale, XIVe-XVe siècles : le précédent d’une crise systémique, Paris, PUF, 2000.
  • BOVE, Boris. Le temps de la guerre de Cent Ans (1328-1453), Paris, Belin, 2010.
  • BULST Neithard et GENET, Jean-Philippe (dir.), La ville, la bourgeoisie, la genèse de l’État moderne (XIIe-XVIIIe siècles), Actes du colloque de Bielefeld, 29 novembre-1er décembre 1985. Paris, CNRS, 1988.
  • CHIFFOLEAU, Jacques. La comptabilité de l’au-delà. les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge (vers 1320-vers 1480), Rome, École française de Rome, 1980.
  • CHIFFOLEAU, Jacques. La religion flamboyante : France (1320-1520), Paris, Points Seuil, 2011.
  • COHN, Samuel K. Lust for Liberty. The Politics of Social Revolt in Medieval Europe, 1200-1425: Italy, France, and Flanders, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2006.
  • DUBY, Georges. Fondements d’un nouvel humanisme, 1280-1440 (Le Moyen Âge, vol. 3), Genève, Skira, 1966.
  • FAVIER, Jean. De l’or et de des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, Fayard, 1987.
  • GEREMEK, Bronislaw. Les Marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976.
  • GUENEE, Bernard. L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris : P.U.F. (Nouvelle Clio), 6e éd. mise à jour, 1998 (éd. originale 1971).
  • HEERS, Jacques. L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Aspects économiques et sociaux, Paris : P.U.F. (Nouvelle Clio), 1963.
  • HEERS, Jacques. Fêtes, jeux et joutes dans les sociétés d’Occident à la fin du Moyen Âge, Montréal : Institut d’Études médiévales / Paris : J. Vrin, 1971.
  • HEERS, Jacques. Les temps dits « de transition » (de 1300 à 1520), Milan : Jaca Book / Paris : Mentha, 1992.
  • HERLIHY, David, The Black Death and the Transformation if the West, Cambridge, Harvard University Press, 1997.
  • HILTON, Rodney H. (éd.). The Transition from Feudalism to Capitalism, London, 1976.
  • HUIZINGA, Johan. L’automne du Moyen Âge, Paris : Payot, 1977 (éd. originale néerlandaise, 1919 ; 1e éd. française 1939 sous le titre Le déclin du Moyen Âge).
  • KANTOROVICZ, Ernst. L’empereur Frédéric II, Paris : Gallimard, 1987 (édition originale allemande 1927).
  • KANTOROVICZ, Ernst. Les deux corps du roi, Paris : Gallimard, 1989 (édition originale américaine 1957).
  • LE GOFF, Jacques. La bourse et la vie. Économie et religion au Moyen Âge, Paris : Hachette, 1986.
  • MITTERAUER, Michael. Why Europe ? The Medieval Origins of its Special Path, traduit de l’allemand par Gerald Chapple, Chicago/London, The University of Chicago Press, 2010 (éd. originale allemande 2003).
  • MOLLAT, Michel et Philippe WOLFF, Ongles bleus, Jacques et Ciompi : les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris : Calmann-Lévy, 1970.
  • MORSEL, Joseph. L’aristocratie médiévale, Ve – XVe siècles, Paris : A. Colin, 2004.
  • WIRTH, Jean. L’image à la fin du Moyen Âge, Paris, Cerf, 2011.

Étudiants ayant un handicap, un trouble d'apprentissage ou un trouble mental

Les étudiants qui ont une lettre d’Attestation d’accommodations scolaires obtenue auprès d’un conseiller du secteur « Accueil et soutien aux étudiants en situation de handicap (ACSESH) » doivent rencontrer leur professeur au début de la session afin que des mesures d’accommodation en classe ou lors des évaluations puissent être mises en place. Ceux qui ont une déficience fonctionnelle ou un handicap, mais qui n’ont pas cette lettre doivent contacter le secteur ACSESH au 656-2880, le plus tôt possible. Le secteur ACSESH vous recommande fortement de vous prévaloir des services auxquels vous avez droit afin de pouvoir réussir vos études, sans discrimination ni privilège. Pour plus d’informations, voir la Procédure de mise en application des accommodations scolaires à l’adresse suivante : https://www.aide.ulaval.ca

Évaluation du cours

En conformité avec la Politiques de valorisation de l'enseignement et Dispositions relatives à l'évaluation de l'enseignement à l'Université Laval, il est possible que le cours que vous suivez soit évalué. Si tel est le cas, vous recevrez une invitation à remplir un questionnaire d’appréciation. Votre opinion est très importante, car elle permettra d’améliorer la qualité de ce cours. Nous comptons donc grandement sur votre collaboration.

Politique d'évaluation des études
Politique d'évaluation du français
Politique sur le plagiat