Logo Université Laval Logo Université Laval

Études

HST-2432 Genre et post colonialisme au Québec: une histoire transatlantique

Hiver 2015

Responsable : Johanne Daigle

Objectifs

  1. Sensibiliser les étudiantes et les étudiants aux concepts de genre et de post colonialisme, à leur portée respective, ainsi qu’à l’articulation de ces deux approches dans l’interprétation historique;
  2. Examiner comment fonctionnent ces deux clés de compréhension dans l’analyse historique des sociétés québécoise et canadienne, tant dans le contexte nord-américain qu’en regard des anciens empires coloniaux desquels elles sont issues;
  3. Apprendre à manier ces concepts à travers l’étude d’une question ou d’un thème de recherche dans une perspective transnationale.

Contenu

La question du genre, qu’elle soit envisagée dans la perspective des identités et des représentations selon le sexe ou celle des relations sociales et culturelles entre les hommes et les femmes, traverse les sociétés et les époques. Impliquée dans les mécanismes du pouvoir comme dans les mythes nationaux, elle se redéfinit sans cesse suivant les systèmes économiques, l’organisation du travail ou les modes de vie. Conjuguer le genre et le post colonialisme, cet autre élément complexe entendu comme lunette d’observation ou comme période historique précise, permet d’envisager les dynamiques sociétales au delà du cadre national (transnational) et de croiser les échelles d’analyse en mariant les questions personnelles (ou domestiques) et politiques. Pour la société québécoise, cet élargissement des perspectives sera l’occasion de revoir quelques interprétations partielles (ou partiales) de l’histoire et d’examiner des phénomènes qui échappent encore souvent à l’histoire constituée. Parmi les sujets abordés en classe, mentionnons les changements dans l’organisation des rapports sociaux de sexe lors de mutations historiques de grande portée (la révolution industrielle, les migrations massives, etc.), les rôles impartis à l’un ou l’autre sexe dans le fonctionnement du marché du travail ou l’organisation domestique, les processus d’inclusion ou d’exclusion de groupes ethniques (notamment les communautés autochtones) ou sexuels en démocratie, les modèles transnationaux (post coloniaux) de services sociaux ou de soins de santé et leur adaptation localement, la construction et la transmission des savoirs, les identités, les normes et les déviances sexuelles, etc.

Fonctionnement

Le cours comporte à la fois des exposés magistraux et des discussions en atelier autour de textes de lecture commune (bilans historiographiques, documents historiques, études de cas, etc.). La forme des ateliers de discussion sera déterminée en fonction du nombre de personnes inscrites.

Les étudiantes et les étudiants sont de plus amenés à prolonger leur apprentissage par l’étude personnelle d’une question ou d’une thématique de recherche en expérimentant le maniement d’un concept (ou d’une approche) clé du cours.

Évaluation

  • Le compte rendu d’un dossier de lecture à l’étude  (env. 3 p.) : 10%
  • L’étude d’une question (ou thématique) de recherche (7-8 p.) : 40%
    (Évaluation formative du projet de recherche au préalable)
  • Un examen de fin de session en classe (connaissances et réflexions) :  40%
  • La participation active aux ateliers de discussion pour l’ensemble
    de la session (critères précis): 10%

Bibliographie

  • Étant donné l’importance de la production scientifique anglo-saxonne consacrée à la thématique du cours, il y aura nécessairement des lectures obligatoires en anglais.
  • L’ensemble des textes de lecture obligatoire sera disponible sur le Portail du cours (format pdf).
  • Une bibliographie sélective sera jointe au plan de cours détaillé et également placée sur  le portail du cours.

Politique d'évaluation des études

Politique d'évaluation du français

Politique sur le plagiat