Logo Université Laval Logo Université Laval

Études

HST 2602 Séminaire d'histoire européenne III: «Femmes, familles, groupes sociaux et société dans les cités grecques des époques classique et hellénistique»

Automne 2014

Responsable : Patrick Baker

Objectifs


1. De méthode

  1. Approfondir les méthodes propres au travail historique.
  2. Maîtriser les règles techniques de présentation d'un travail écrit.
  3. Pratiquer l'échange et la collaboration dans les discussions en groupe.
  4. Participer à l'évaluation formative des travaux des autres participants.

2. De connaissance

  1. Connaître de manière plus approfondie l'évolution des sociétés grecques principalement aux époques classique et hellénistique.
  2. Étudier et comprendre les institutions et la mentalité des anciens Grecs concernant divers aspects de l'histoire sociale, ainsi que leur évolution.

Contenu


Depuis plusieurs décennies, notamment à la faveur du mouvement féministe, et, de manière générale, dans le courant important de l'histoire sociale, les recherches ont progressivement tenté de percer le voile qui masquait encore la connaissance des comportements sociaux dans la Grèce des cités. Ainsi, au thème intégrateur « Femmes, familles, groupes sociaux et société » correspondent plusieurs axes de recherche sur la femme et la famille (vie, rôle et statut de la fille, de la femme, de l'épouse, de la mère, mariage, enfants légitimes ou illégitimes, héritage, transmission du patrimoine, de la citoyenneté, ...), les groupes sociaux (citoyens / non citoyens, libres / non libres, esclaves, ...), voire sur les mœurs en ce qu'ils touchent ce que les modernes appellent la sexualité (adultère, concubinage, prostitution, viol, etc. et la législation concernée).

De bien de ces aspects de la civilisation grecque (ou gréco-romaine, s'agissant de l'Égypte ptolémaïque et romaine, riche en documents), on n'a souvent retenu que des stéréotypes, des lieux communs sur la vie antique. À cet égard, les ouvrages pionniers de Sarah B. Pomeroy, Goddesses, Whores, Wives and Slaves. Women in Classical Antiquity (1975), ou de Kenneth J. Dover, Greek Homosexuality (1978) ont marqué chacun à leur manière un tournant décisif dans l'historiographie, qui s'enorgueillit désormais de quantités d'études liées à la thématique générale des sociétés dans les cités grecques. Mais il appert que le militantisme sous-jacent à certains travaux trahit parfois encore les réalités antiques. Étudier le mariage ou se pencher sur les pratiques d'esclavage imposent à l'apprenti(e) historien(ne) de sortir radicalement de ses lieux de référence contemporains. Envisager, par exemple, une étude de la sexualité des Grecs conduirait à la projection d'un concept moderne sur les représentations ou la sensibilité des Grecs anciens pour qui un tel mot n'existait pas.

Par ce séminaire, je propose aux étudiant(e)s de s'intéresser à l'un des multiples axes de recherche offerts par la thématique très vaste de « Femmes, familles, groupes sociaux et société dans les cités grecques des époques classique et hellénistique. Ce faisant, on tentera de comprendre ou de définir le sens des manifestations liées aux femmes, aux divers groupes sociaux et à leurs interactions dans les sociétés grecques à partir de sources variées et, sans doute, peu habituelles pour l'historien généraliste. Le cadre chronologique est relativement large : il couvre les périodes classique (500-323) et hellénistique (323-30) pour lesquelles la matière première, c'est-à-dire les sources anciennes, ne manque pas. On trouvera donc matière à étude, pour ne citer que ces exemples, dans la poésie archaïque, le riche théâtre classique (comédie et tragédie), les textes des orateurs athéniens du IVe siècle, dans les inscriptions provenant de cités grecques d'Asie Mineure hellénistique comme dans la documentation papyrologique grecque de l'Égypte hellénistique. L'historiographie, naturellement, servira pour la documentation et comme objet de critique.

Fonctionnement

En début de session, les premières séances, consacrées à la délimitation du thème de recherche du séminaire (1 ou 2 séances), constitueront la phase d'orientation dans le thème du séminaire : des présentations magistrales par le professeur et des discussions en commun nourrie grâce aux lectures de base permettront ainsi à chacun(e) de choisir un objet d'étude, une question particulière et, éventuellement, une source ancienne (dans ce cas, le choix devra être encadré et approuvé par le professeur).

Chaque étudiant(e) progresse ensuite dans ses lectures et ses recherches, élabore une problématique et un plan de rédaction, un cheminement qui se fait dans une alternance de rencontres individuelles obligatoires et de rencontres de groupe (tour de table), où l'avancement du travail est présenté au reste de la classe et soumis à la discussion.

Ultimement, l'objectif sera de produire un travail long fondé sur une analyse pertinente de l'historiographie du sujet choisi et, le cas échéant, du corpus de sources délimité.

En fin de session, chaque étudiant(e) recevra copie du travail des autres pour lecture et discussion. L'étape de discussion et critique des travaux se fera ou bien en quelques séances ou bien lors d'une journée dédiée. À tour de rôle et précédant la discussion de son travail par les pairs, chaque étudiant(e) effectuera une présentation orale évaluée d'une dizaine de minutes.

Évaluation


Participation orale (20%) :

  • présentation orale du travail long : 10%
  • participation générale aux discussions et au cours (qualité, fréquence) : 10% (fiche de participation à remplir par chaque étudiant[e]).

Travail écrit (80%) :

  • problématique et bibliographie préliminaire : 10 %
  • introduction, plan détaillé et bibliographie définitive : 10 %
  • travail écrit: 60 % (connaissances : 24 pts; méthode : 24 pts; expression : 10 pts; technique : 2 pts).

Bibliographie

Une bibliographie sera à la disposition des étudiants au cours de la session.

Politique d'évaluation des études
Politique d'évaluation du français
Politique sur le plagiat