Logo Université Laval Logo Université Laval

Études

HST 7020 Dynamiques des sociétés africaines : société civile en Afrique au sud du Sahara des années 1980 à nos jours

Été 2014

Responsable : Muriel Gomez-Perez

Du 5 mai 2014 au 22 mai 2014 et semaines du 17 août au 31 août 2014

Les lundis et jeudis de chaque semaine

de 12 h 30 à 17 h 00 (3 premières semaines)
de 12 h 30 à 16 h 30 (2 semaines du mois d'août)

Objectifs

Ce séminaire veut amener les étudiantes et les étudiants à :

  1. Réfléchir sur le concept de « société civile » dans le contexte africain ;
  2. Analyser les différents groupes de la société civile afin de mesurer l'agentivité (agency) des jeunes, la capacité d'autonomisation (empowerment) des femmes et les rapports entre société civile et État XXe siècle en Afrique subsaharienne dans le dernier quart du XXe siècle jusqu'à aujourd'hui ;
  3. Développer, par le biais de l'écrit et de l'oral, leurs capacités d'analyse et de critique de processus sociopolitiques contemporains et de réflexion des enjeux actuels que pose la thématique.

Contenu

Ce séminaire propose tout d'abord de prendre connaissance des débats dans la littérature dans lesquels émergent deux camps: les chercheurs qui, se référant à une définition normative et très restrictive du concept inspirée des valeurs libérales, concluent à l'absence de société civile en Afrique et d'autres qui, considérant que plusieurs groupes sociaux animent l'espace public, défendent l'existence de cette société civile. Ensuite, il s'agit de mener une lecture critique sur les principales dynamiques sociopolitiques qui s'opèrent sur le continent depuis la fin des années 1980 et notamment de poser un regard critique sur les différentes formes de participation citoyenne qui émergent au tournant du XXIe siècle, notamment au sein des jeunes et des femmes dans l'espace urbain et l'espace public. Les nouvelles modalités de la participation citoyenne seront abordées à travers certains prismes d'analyse: 1) les mouvements associatifs (incluant les ONG), 2) la culture populaire et, 3) les constructions identitaires par le religieux. Par ailleurs, à travers des discussions autour de textes, le séminaire permettra d'appréhender les contours de la société civile, son hétérogénéité, sa capacité de réactivité et d'autonomisation par rapport à l'État et d'analyser ses limites dans divers contextes. Enfin, ce séminaire offrira l'occasion d'aller plus en profondeur dans le questionnement et la méthodologie employés par chaque étudiant dans le cadre de son mémoire de maîtrise ou de son doctorat.

Fonctionnement

Des ateliers-discussion autour de lectures communes auront lieu durant deux semaines à raison de deux séances par semaine (9h par semaine) à partir du 5 mai. La troisième semaine de mai sera réservée aux stratégies pour dresser une grille d'entretien ou une grille d'analyse de contenu en lien avec les concepts et notions étudiés autour de lectures communes faites en casse mais aussi en fonction du questionnement proposé par chaque étudiant dans son mémoire de maîtrise ou de doctorat. Ce travail se fera sous forme d'exposés oraux (de la part de la professeure, des étudiants inscrits au séminaire et d'intervenants extérieurs). Chaque étudiant sera évalué sur cet exercice oral et sur sa capacité à réagir aux questions, suggestions de l'assistance qui elle-même sera aussi évaluée en fonction de la pertinence de ses interventions. Le séminaire reprendra à partir de la 3ème semaine d'août pour deux semaines à raison de deux séances par semaine (8h par semaine). Chaque étudiant présentera oralement les résultats préliminaires de sa recherche, suite à la réalisation d'un terrain d'enquêtes ou d'une analyse documentaire. Ce sera l'occasion de revenir sur comment la dimension conceptuelle a été utilisée, l'appareil méthodologique a connu des ajustements et sur comment chaque étudiant a dû remodeler son questionnement de départ en lien avec l'analyse d'une partie de son corpus et des enquêtes menées Cette présentation sera discutée en groupe et fera l'objet d'une évaluation. Ceci se prolongera par la remise d'un travail long de 18 pages qui proposera l'analyse d'un volet de la recherche en regard des concepts et notions étudiés en classe, des lectures discutées en commun et des résultats préliminaires obtenus après terrain ou analyse d'une partie du corpus écrit.

Évaluation

  • Participation aux ateliers de discussion et aux discussions des travaux : 40 %
  • Travail final écrit (18 pages maximum) : 40 %
  • Présentations orales des travaux : 20%

Bibliographie

La liste des premières lectures à discuter en commun sera envoyée fin avril.  Une bibliographie sera distribuée lors de la première semaine du séminaire.

Politique d'évaluation des études

Politique d'évaluation du français

Politique sur le plagiat